« Lozère en affaires » : Un évènement qui a été organisé par les étudiants de La Licence Professionnelle spécialisée en Tourisme d’Affaires Festivalier et Territoires.

Un projet pédagogique d’une année est toujours un défi à relever. Pour les 25 étudiants de la Licence Pro Tourisme d’Affaires Festivalier et Territoires, tout a commencé par un diagnostic de territoire. Profitant du laboratoire que représente le département de la Lozère, il ont travaillé à un diagnostic complet en matière de tourisme d’affaires et de tourisme festivalier. Un diagnostic qu’ils ont conduit sur tout le territoire lozérien selon une triangulation de méthodes et qui a été rendu possible grâce à la contribution de nombreux acteurs du tourisme ou de la culture. Un grand merci pour votre accueil et votre précieuse collaboration!  

Afin de rendre à ce territoire un peu de ce qu’il leurs avait donné, les étudiants ont donc organisé un évènement à destination des prestataires et opérateurs touristiques du département. Il s’agissait de rendre compte du diagnostic au travers d’une conférence, brillamment assurée par Samantha et Marine, devant un public de socioprofessionnels aguerris. Une synthèse qui a nourri un débat animé suivi de deux ateliers et d’un salon sur des activités et séjours expérientiels. Merci ici aux participants, contributeurs et exposants. Un évènement qui a entre autres bénéfices permis de croiser les points de vue et d’initier des débuts de solution, notamment en termes de synergies entre les acteurs du tourisme.

Un projet d’une année est un parcours, parfois un marathon, fait de rencontres (merci au Comité Départemental du Tourisme et à toute l’équipe de Lozère Développement!). C’est aussi un cheminement vers des apprentissages par l’expérience. Forts de ces acquis en matière d’organisation d’un évènement professionnel et de valorisation du tourisme d’affaires ou festivalier, les étudiants vont désormais confirmer leurs compétences au travers d’un stage en entreprise. Nous leur souhaitons bonne continuation et les félicitons: leurs diagnostics s’arrachent au point que nous réfléchissons à un mode d’édition 🙂